Votre activité sur Facebook en dit long sur votre vie amoureuse.

Facebook Data Science a collecté et analysé de façon anonyme l’activité Facebook mutuelle de personnes qui ont modifié leur statut de « Célibataire » à « En couple ». Voici à quoi ressemble la courbe :

facebook-data-couple

La courbe représente le nombre de publications échangées entre deux personnes, avant et après qu’elles officialisent leur relation amoureuse sur Facebook. Et les Data de Facebook sont sans équivoque : avant la mise en couple sur Facebook, les deux personnes ont une augmentation signification des échanges sur leurs murs mutuels.

Au cours des 100 jours précédent le début officiel de la relation, nous observons une augmentation lente mais constante du nombre de publications partagées entre les futurs amoureux. Lorsque la relation commence («jour 0»), les messages commencent à diminuer. On observe un pic de 1,67 messages par jour 12 jours avant le début de la relation, qui retombe à 1,53 messages par jour après 85 jours de relation. Vraisemblablement, les couples décident de passer plus de temps ensemble, et les interactions en ligne cèdent la place à plus d’interactions réelles.

Si la fréquence de publications diminue, les échanges sont plus doux

Et si l’activité online diminue, les Facebook Data montrent néanmoins que le vocabulaire se fait beaucoup plus positif sur le plan émotionnel. Ainsi, les émotions dites positives, mesurées grâce à l’analyse de mots comme « amour », « belle », « heureux », etc… prennent le dessus sur les émotions considérées comme négatives :

facebook-data-couple2

Les histoires d’amour finissent mal en général

Toutes les belles choses ont une fin, et Facebook n’a pas manqué de modéliser la rupture via leurs data. Ils ont ainsi étudié un groupe d’individus qui avaient été pendant au moins 4 semaines « en couple » sur Facebook, et qui sont passé au statut de « Célibataire ».

Ils ont établi une courbe qui compare le nombre d’interactions globales (messages reçus et échangés, publications sur leurs walls, commentaires laissés) entre le mois précédant la rupture, et le mois qui la suit.

facebook-data-couple3

Ils ont ainsi noté une hausse de 225% du volume moyen des interactions le jour J, qui se stabilise progressivement au cours de la semaine à des niveaux supérieurs à ceux observés avant la rupture « officielle ». Ce que l’on peut interpréter de différentes manières :

  • Une prise d’information par l’entourage le jour de la rupture
  • Une forme de soutien de l’entourage
  • Un retour naturel de l’entourage après une période de couple où l’individu était moins apte à échanger avec ses amis
  • Un retour naturel de l’individu vers son entourage
PARTAGER SUR