Olivier Perrin, son sketch chez Ruquier sur l’Islam borderline ou islamophobe ?

Sa prestation dans la nouvelle émission de Ruquier interpelle

Dans la nouvelle émission quotidienne de Laurent Ruquier, On n’demande qu’à en rire, sorte d’Incroyable Talent du rire où des humoristes viennent présenter leurs sketches et sont jugés sur le champ, un candidat s’est fait remarquer avec une prestation  lundi que beaucoup ont jugé plus que limite.

Olivier Perrin a du défendre son talent d’humoriste en incarnant, sous forme de défi imposé, le rôle d’un directeur de Quick hallal, sujet choisi parmi une liste de thèmes proposés par la production.

C’est donc devant un public plutôt amusé (à moins qu’il ne s’agisse de rires enregistrés ajoutés post-production) que s’enchaînent les calembours de type « mettre la charia avant l’hébreu« .

La vidéo qui suit contient un extrait supplémentaire du sketch (0’49 à 1’40 qui n’apparait pas dans la vidéo ci-dessus diffusée par Tout Sur l’Ecran Productions) :

S’agit-il d’un sketch borderline qui doit rester quoi qu’on en pense dans les limites de l’humour ou s’agit-il d’une véritable diatribe islamophobe ?

Ce qui peut paraitre étonnant dans cette affaire, c’est que ce sketch tombe à point nommé pour faire parler de la nouvelle émission de Laurent Ruquier, programmée depuis la rentrée. Ce dernier ne pouvait ignorer le malaise que générerait la diffusion de ce sketch et le buzz quasi assuré qu’il entraînerait derrière lui.

L’animateur, quels que soient ses défauts et le taux d’énervement qu’il peut susciter parfois, est malin et lucide.

A t-il utilisé ce sketch polémique pour promouvoir ses intérêts personnels, de la même façon que Zemmour lui assure un audimat confortable dans On n’est pas couché ? C’est presque moins subtil que de ressusciter Thallia et Titia qui de toute façon le laisseraient de marbre. A t-il conclu un accord donnant-donnant avec l’humoriste, ce dernier ayant ainsi bénéficié d’un énorme coup de projecteur d’autant qu’il avait déjà été invité une première fois dans l’émission ?

Si l’on prend deux secondes pour se renseigner sur l’humoriste en question, en visitant son site web, on découvre un humour grinçant et semble t-il axé sur la provocation, comme en témoignent ces 10 mesures « pour la République », « pour sauver la France », présenté par son personnage de candidat virtuel aux Présidentielles 2012 :

  • L’insécurité routière

    Pour remplacer les radars : des putes au bord de toutes les routes. La pute fait ralentir !

  • Le pouvoir d’achat

    Chaque français augmenté de 200 % comme le président avec des RTT, des stock options, des loyers moins chers.

  • Création d’impôts sociaux rigolos

    Impôts sur les grosses poitrines pour atténuer la frustration des petites poitrines

  • Conditions de travail

    La gauche avait créé le congé paternité. Moi je propose le « congé amoureux ». Tant que t’es amoureux, tu restes en congé.

  • La police à l’école

    Comme ça les policiers apprennent à lire et à écrire

  • La Turquie dans l’Europe

    Je suis pour, mais à condition qu’ils changent leurs chiottes !

  • La retraite

    T’écrases un vieux, tu gagnes ses points retraites.

  • La télé

    Vu la qualité des programmes, les chaînes devraient nous payer la redevance, c’est le minimum.

  • L’écologie

    Les pets des vaches représentent pour 10 % dans l’effet de serre. Si je suis élu, j’installe un pot catalytique par bovin.

  • Education nationale

  • Le problème des classes surchargées, moi je dis faut faire comme à la Star-Ac : chaque semaine on élimine un élève ! Enfin des élèves motivés.

Mettre un tel humour au service d’un sujet aussi sensible, c’est un peu comme craquer une allumette dans une station service. Lors de son analyse du sketch, Jean Benguigui, qui n’a pas apprécié le sketch, parle d’ailleurs de « grenades allumées » avec lequel a jonglé Perrin, qu’il soupçonne d’être trop proche de son personnage. Mais comment occulter le fait que la production ait elle-même fourni ces grenades ?

Face aux critiques, l’humoriste (ou son personnage) s’énerve et va au clash avec son jury, de quoi parfaire son opération de com’ ? Et que penser de Fabrice Eboué qui insiste sur la prise de cocaïne de l’humoriste ?

Quoi qu’il en soit dans cette polémique il y a bien des éléments qui semblent nauséabonds, tant au niveau du sketch en lui-même que de son instrumentalisation par Laurent Ruquier.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loading…

Loading…

0

Comments

0 comments

What do you think?

0 points
Upvote Downvote